Réglementations, guides et cartes

  • CoBAT : Code Bruxellois de l’Aménagement du Territoire
  • VCRO : Code flamand de l’aménagement du territoire
  • CoDT : Code Wallon de l’aménagement du Territoire
    • Plan de secteur : « Le plan de secteur est un outil réglementaire d’aménagement du territoire et d’urbanisme régional wallon constitué de plusieurs couches de données spatiales. »
      Ce plan détermine les zones où l’on peut construire, cultiver, implanter une industrie… Ne pas le respecter lors d’un permis est ce que l’on appelle une dérogation qui peut être autorisée selon les règles de l’article D.IV.13 du CoDT : « Un permis ou un certificat d’urbanisme n°2 peut être octroyé en dérogation au plan de secteur ou aux normes du guide régional d’urbanisme si les dérogations :
      • 1° sont justifiées compte tenu des spécificités du projet au regard du lieu précis où celui-ci est envisagé ;
      • 2° ne compromettent pas la mise en oeuvre cohérente du plan de secteur ou des normes du guide régional d’urbanisme dans le reste de son champ d’application ;
      • 3° concernent un projet qui contribue à la protection, à la gestion ou à l’aménagement des paysages bâtis ou non bâtis. »
    • Affectation des sols Schéma de développement pluricommunal
    • Schéma de développement communal : le Schéma de Développement Communal (SDC – Art. D.II.9 et ss du CoDT) est un des deux schémas communaux. Il est établi à l’initiative du conseil communal et approuvé par le Gouvernement. Le SDC définit la stratégie territoriale pour l’ensemble du territoire communal sur la base d’une analyse contextuelle. Le CoDT a voulu concevoir ce schéma comme un outil qui, d’une part, assure la pérennité de l’ancien Schéma de Structure Communal (SSC) et, d’autre part, permet d’envisager une approche plus prospective de la gestion du territoire communal. La stratégie territoriale du SDC définit les objectifs communaux de développement territorial et la manière dont ces objectifs déclinent les objectifs régionaux du Schéma de Développement du Territoire (SDT) ou le cas échéant du ou des Schémas de Développement Pluricommunaux (SDP), les principes de mise en œuvre de ces objectifs, et la structure territoriale.L’ancien Schéma de Structure Communal (SSC) défini dans le CWATUP est assimilé au SDC. Comme le SSC, le SDC a une valeur indicative. Il s’applique au SOL, au Guide Communal d’Urbanisme (GCU) ainsi qu’à toute décision prise en matière de permis, certificats, déclarations et de politique foncière. Une commune ne peut se doter que d’un seul SDC. Au niveau cartographique, la couche de données des SDC intègre les périmètres identifiés dans les anciens SSC au sens du CWATUP.
    • Schéma d’orientation local : le schéma d’orientation local (SOL – Art. D.II.11 et ss du CoDT) est un des deux schémas communaux. Il est établi à l’initiative du conseil communal sur une partie du territoire de la commune et y détermine les objectifs d’aménagement du territoire et d’urbanisme. Outre ces objectifs, le SOL contient la carte d’orientation, et les indications relatives à l’implantation et à la hauteur des constructions et des ouvrages, aux voiries et aux espaces publics, ainsi qu’à l’intégration des équipements techniques, en cas de dispense de permis d’urbanisation lors de la division d’un bien en lots.  Le CoDT assimile au SOL, d’une part le Plan Directeur (PLD) et le Plan Communal d’Aménagement (PCA) définis dans le CWATUP qui perdent leur valeur réglementaire et, d’autre part, le Schémas Directeur (SCD) et les Rapports Urbanistiques et Environnementaux (RUE) qui conservent leur valeur indicative. Le SOL a une valeur indicative et s’applique au Guide Communal d’Urbanisme (GCU) ainsi qu’à toute décision prise en matière de permis, certificats, déclarations et de politique foncière. Une commune peut se doter d’un ou plusieurs SOL (CoDT – Art. D.II.9). Au niveau cartographique, la série de couches de données des SOL regroupe les périmètres identifiés dans les anciens PLD, PCA, SCD et RUE au sens du CWATUP ainsi que les nouveaux SOL initiés sous le CoDT.
    • Guide communal d’urbanisme :  le Guide Communal d’Urbanisme (GCU) devient un des outils d’orientation en matière d’urbanisme à l’échelle communale. Il concerne tout ou partie du territoire communal et traite d’une ou plusieurs thématiquesIl décline les objectifs de développement territorial du Schéma de Développement du Territoire (SDT), du Schéma de Développement Pluricommunal (SDP) et des schémas communaux en objectifs d’urbanisme, par des indications, en tenant compte des spécificités du ou des territoires sur lesquels il porte (CoDT – Art. D.III.4). Dans le respect de certaines conditions, la Commune devra être en possession d’un GCU pour pouvoir profiter d’un régime dit « de décentralisation » qui autorise la commune à exercer, de manière autonome, son pouvoir de décision, notamment en matière d’octroi de permis d’urbanisme et d’urbanisation. Les Règlements Communaux d’Urbanisme (RCU) et les Règlements Communaux de Bâtisses (RCB) au sens du CWATUP sont assimilés à des GCU. Ceux-ci possédaient auparavant valeur réglementaire. Dans le CoDT, le GCU ne comporte que des indications (valeur indicative) compilées dans un document unique. Le contenu du GCU est défini dans le CoDT (Art. D.III.5) de manière similaire à celui du Guide Régional d’Urbanisme (GRU – Art. D.III.2 §1). Un permis d’urbanisme peut donc être octroyé en s’écartant du contenu du GCU moyennant motivation démontrant que le projet ne compromet pas les objectifs de développement territorial, d’aménagement du territoire ou d’urbanisme contenus dans le guide et contribue à la protection, à la gestion ou à l’aménagement des paysages bâtis ou non bâtis. Un GCU peut s’écarter du contenu à valeur indicative du GRU moyennant une motivation et ce sous conditions. Sur un territoire donné, quand le GRU et un GCU prévoient des indications sur un même thème, il est fait application des indications du GCU. En cas de contradiction entre une indication d’un GCU préexistant et une indication ou une norme du GRU entrant en vigueur ultérieurement, il est fait application de l’indication ou de la norme du GRU. Au niveau cartographique, la série de couches de données des GCU regroupe les périmètres identifiés dans les anciens Règlements Communaux d’Urbanisme (RCU) et les anciens Règlements Communaux de Bâtisses (RCB).
    • Guide régional d’urbanisme
    • Biens classés – liste de sauvegarde
    • Aléa des inondations
    • Zone de protection environnement
    • Plan habitat permanent
    • Zone captage-Cours d’eau
    • PASH
    • Sous-bassin hydrographique
    • Lotissement
    • Réaménagement
    • Risque géologique et minier
    • Gestion des sols

Sources :

Intervenants

  • Architecte : spécialiste de l’art de la conception des bâtiments, personnes qui assurent
    la bonne mise en œuvre d’une construction. Diplôme d’architecture (5 ans)
    requis et stage de 2 ans demandé pour être inscrit au tableau de l’ordre des
    architectes et pouvoir signer les plans de permis.
  • Maître d’ouvrage (M.O.) : personne qui commande le projet. (Propriétaire)
  • Maître d’œuvre ou auteur de
    projet
    : personne auteur du projet,
    suivant les cas cela peut être l’architecte, le décorateur, voire même le M.O.
    (celui qui réalise les plans)
  • Ingénieur en stabilité : personne qui calcule et dimensionne les ouvrages spécifiques (dalles
    de sol, poutres…).
    Diplôme d’ingénierie (5 ans) requis.
  • Géomètre : personne spécialisée de la levée (prise de mesure) d’un terrain,
    bâtiment
    et du tracé de voirie, terrains… Diplôme de géomètre
    requis (3 à 5 ans).
  • Entrepreneur : Personne ou société réalisant les travaux. Accès à la
    profession requis.
  • Sous-traitant : Entreprise qui travaille pour l’entrepreneur, ce qui implique
    que cette entreprise sous-traitante possède comme client l’entrepreneur et non
    le maître d’ouvrage directement.
  • Agent immobilier : spécialiste des transactions immobilières (vente de bâtiments,
    terrains…
    ). Diplôme d’un graduat avec finalité construction et numéro IPI
    requis.
  • Responsable PEB : personne responsable de tout ce qui concerne la consommation de
    l’énergie primaire du bâtiment. Il devra réaliser un rapport grâce à un
    encodage de données dans le logiciel PEB. (Pour les bâtiments neufs)
  • Certificateur PEB : personne qui rédige un certificat PEB qui donne un indication de
    consommation
    (A, B…..) d’un bâtiment déjà existant.
  • Auditeur PAE : L’audit énergétique ou procédure d’avis énergétique PAE2 va plus loin
    que la certification PEB. Le rapport détaille les différents points
    d’améliorations
    par ordre de priorité. L’amélioration de l’enveloppe passe
    avant l’optimisation des systèmes de chauffage ou d’eau chaude sanitaire.

Source : https://certificateurpeb.be/services/audit-energetique-pae2/

Terminologie technique (documents)

  • L’échelle du plan : Lors de la lecture d’un plan, une échelle est le rapport entre la mesure réelle et la mesure de sa représentation.
  • La coupe : Une vue en coupe représente un bâtiment coupé par un plan vertical. Dans cette vue, chaque élément coupé par le plan est représenté par une ligne en gras.

Terminologie technique (chantier)

Aboutage C’est une opération qui consiste à produire une très grande pièce de
bois en collant différentes pièces de bois bout à bout.
Absorption Désigne le fait d’absorber une part de l’onde sonore ou de l’énergie
thermique.
Acrotère Petit muret placé sur toute la périphérie des toitures plates
empêchant les eaux de descendre sur les murs extérieurs
Adobe  L’adobe est de l’« argile qui, mélangée d’eau et d’une faible
quantité de paille hachée ou d’un autre liant, peut être façonnée en briques
séchées au soleil ». Par extension, les briques et constructions réalisées
avec cette terre.
Afzelia C’est un genre de plantes dicotylédones de la famille des Fabaceae,
sous-famille des Caesalpinioideae, originaire des régions tropicales
d’Afrique et d’Asie, qui comprend 12 espèces acceptées.
Agent immobilier Spécialiste des transactions immobilières (vente de bâtiments,
terrains…). Diplôme d’un graduat avec finalité construction et numéro IPI
requis.
Aisselier Pièce oblique assurant la rigidité de l’angle formé par la panne
faîtière et le poinçon. De manière générale, on appelle aisselier toute pièce
destinée à renforcer un assemblage de charpente.
Ajouré Objet, mur percé d’ouvertures laissant passer la lumière.
Allège Pan de mur léger ou panneau compris entre une fenêtre, un vitrage et
le plancher.
Aluminium Métal utilisé comme revêtement de façade ou de toiture.
Amiante C’est un Silicate hydraté de calcium et de magnésium (amphibole), à
texture fibreuse, résistant à l’action du feu (la fabrication et la vente de
produits contenant de l’amiante sont interdites, en France, depuis 1997).
Interdit en Belgique depuis 1998.
Amovible Qui peut être enlevé, séparé.
Amplitude Gain maximum du mouvement vibratoire.
L’unité de mesure de l’amplitude pour une onde sonore est le décibel (dB).
Appareillage C’est l’ensemble des dispositions, des choix et des techniques de mise
en œuvre prises en amont d’un chantier pour établir un dessin précis de
l’assemblage des maçonneries en vue de la construction d’un mur, d’une paroi,
d’un soubassement ou d’un mur de soutènement.
Appentis Toit à un versant dont le faîtage prend appui sur un mur. Par
extension, on nomme appentis une petite construction adossée à un bâtiment
plus haut.
Appentis Petite construction à un seul pan de toiture, adossée à un bâtiment
plus haut. La charpente de l’appentis peut être portée par des murs maçonnés
et/ou des poteaux.
Arbalétrier Pièce inclinée recevant les pannes intermédiaires. Une ferme possède
généralement deux arbalétriers.
Architectonique C’est en architecture, l’art de la construction, ce qui est conforme à
l’art constituant de l’architecture, son sens étymologique grec
architectoniké.
Ardoise C’est une roche métamorphique issue d’une argile ayant subi un
métamorphisme général faible.
Arêtier Arête saillante inclinée formée par la rencontre de deux versants de
toiture. C’est la ligne de partage des eaux de ruissellement.
Argex L’argile expansée, également connue sous les termes d’argile cuite de
galets, hydrocorns, latérite, ou plus simplement « billes d’argile », est un
matériau granulaire léger constitué de petits globes de brûlé et bouffi
d’argile.
Asbeste C’est un Silicate hydraté de calcium et de magnésium (amphibole), à
texture fibreuse, résistant à l’action du feu (la fabrication et la vente de
produits contenant de l’amiante sont interdites, en France, depuis 1997).
Interdit en Belgique depuis 1998.
Autoclave Ce traitement protège le bois des agressions extérieures, comme les insectes
ou les champignons auxquels il est exposé sous certaines conditions
d’utilisation, comme par exemple une terrasse ou un bardage.
Auvent Petit appentis servant à protéger de la pluie une porte ou une
fenêtre.
Ayous L’Ayous et Wawa sont des dénominations commerciales pour l’espèce
botanique Triplochiton scleroxylon K. Schum. C’est un feuillus des régions
tropicales d’Afrique de l’Ouest.
Bardage Désigne un revêtement de façade uniquement fait de différentes petites
pièces de bois (ou autre matière), et qui ont été fixées sur une ossature qui
est elle-même posée sur la paroi.
Bardeaux C’est un petit élément de revêtement permettant de protéger des
intempéries les toitures et les façades.
Barillet Pièce de forme cylindrique dans laquelle on introduit la clé. Le
barillet appelé aussi canon amovible existe en différentes longueurs.
Battée Distance en le nu extérieur du mur et la position extérieure du
châssis.
Béton Il est composé d’un liant (ciment), d’eau et d’agrégats qui sont des
éléments exclusivement minéraux (sable, gravillons, cailloux).
Boutisse Tête d’une brique
Bow-window Ensemble de menuiseries disposées en saillie sur un mur de façade.
Brique C’est un parallélépipède rectangle de terre argileuse, cuit au four ou
séché au soleil.
Briquette Brique plein de faible épaisseur.
Brisis Versant inférieur fortement incliné.
Cahier des charges Un programme exhaustif qui fixe des objectifs clairs, faisables du
point de vue budgétaire et technique, suffisamment ouvert pour être
(ré)interprété par les auteurs de projet avec créativité.
Calepinage Le calepinage est le dessin, sur un plan ou une élévation, de la
disposition d’éléments de formes définies pour former un motif, composer un
assemblage, couvrir une surface ou remplir un volume.
Casquette Partie débordante d’un toit au-delà du mur de façade.
Cèdre C’est un genre de conifères de la famille des Pinacées, originaire du
Moyen-Orient, d’Afrique du Nord et de l’Himalaya, acclimaté en Europe.
Certificateur PEB Personne qui rédige un certificat PEB qui donne un indication de consommation
(A, B…) d’un bâtiment déjà existant.
Chainage C’est le fait de lier entre eux des éléments pour les rendre
solidaires.
Chaise Utilisé pour désigner un support en bois qui permet de tendre une
ficelle.
Chant La longueur de la brique
Chantignole La moitié d’une brique en longueur
Chanvre C’est une sous-espèce de plantes de l’espèce Cannabis sativa, famille
des Cannabacées. Le terme « chanvre » désigne aussi, par métonymie, la fibre
textile tirée de cette plante
Chaume C’est un mode de couverture, constitué de paille de blé, de paille de seigle
(ou glui), de tiges de roseaux (ou sagne), mais aussi de genêts et de
bruyères.
Cheneaux Canal situé à la partie inférieure d’un pan de toiture pour en
recueillir les eaux et les évacuer par des gargouilles ou des tuyaux de
descente.
Chevetre C’est une pièce de la trémie d’une charpente. Cette pièce se place
entre deux solives, que l’on appelle alors solive « d’enchevêtrure », pour
ménager une ouverture.
Chevron Pièce de bois reposant sur les pannes et placée suivant le sens de la pente
du toit. Le chevron supporte les liteaux ou les. L’ensemble des chevrons
d’une charpente constitue le chevronnage.
Ciment C’est un mélange de chaux (65 %), de silice ( 20 %), d’alumine ( 10 %)
et d’oxyde de fer ( 5 %) -sans eau-.
Cisaillement Contrainte mécanique appliquée de manière parallèle ou tangentielle à
une face d’un matériau, par opposition aux contraintes normales qui sont appliquées
de manière perpendiculaire.
Claire-voie C’est un ouvrage composé d’éléments qui laissent passer
le jour : fenêtre, balustrade, paroi ajourée, baie, arcature, etc.
Cloison C’est une séparation qui se fait dans un appartement, dans une maison,
en maçonnerie, charpenterie ou menuiserie.
CoBAT Code Bruxellois de l’Aménagement du Territoire
CoDT Code Wallon de l’aménagement du Territoire
Compartimentage Compartimenter permet d’empêcher la propagation du sinistre a
l’ensemble du bâtiment, et de préserver les personnes et les biens.
Cela consiste, à diviser un bâtiment en différentes zones et ainsi
diminuer les risques de propagation de l’incendie.
Compression Contrainte appliquée aux deux extrémités d’un objet et qui le
comprime.
Console Support en bois, de forme triangulaire, fixé au mur sur lequel repose
des pièces de charpente.
Contrecloison C’est une cloison placée contre un mur existant (généralement un mur
extérieur) et qui ne propose qu’une face de plaque de plâtre.
Contrecolle Ces panneaux sont utilisés pour les murs porteurs, la toiture et les planchers
en étage. Ils sont composés de planches en bois massif disposées en couches
croisées dont le nombre dépend de l’utilisation et de l’épaisseur souhaitées
(3, 5 ou 7 couches).
Contre-fiche Pièce inclinée reliant l’arbalétrier au poinçon.
Contreventement Le rapport entre des appuis stables des efforts horizontaux appliqués
à la construction pour en assurer la stabilité.
Corbeau C’est un élément saillant d’un mur. En structure intérieure, il permet
de soutenir une poutre, une voûte, un arc ou une statue.
En structure extérieure, il est utilisé pour supporter un toit, une
corniche un élément en encorbellement (l’un et l’autre sont issus de l’ancien
français corbel qui désigne le volatile, le corbeau qui se perche en haut de
mur), ou autre avant-corps.
Corniche C’est une structure décorative qui est située en couronnement des murs
périphériques d’un édifice et notamment en ceinture des toitures.
Cornière Barre profilée, généralement métallique, à section composée de deux
branches, appelées ailes, égales ou non et, le plus souvent, perpendiculaires.
Coupe Une vue qui représente un bâtiment coupé par un plan vertical. Dans
cette vue, chaque élément coupé par le plan est représenté par une ligne en
gras.
Cremone Dispositif de verrouillage des vantaux de fenêtres ouvrant à la
française, constitué de tringles actionnées par une poignée et guidées par
des conduits.
Crépis C’est un enduit qui se fait sur une muraille avec du mortier ou du
plâtre et qu’on laisse raboteux (relief, picot) au lieu de le rendre uni.
Croupe Petit versant de forme généralement triangulaire situé à l’extrémité
d’un comble, entre deux arêtiers.
Cuivre Matériau de couverture.
Cylindre Pièce de forme cylindrique dans laquelle on introduit la clé. Le
barillet appelé aussi canon amovible existe en différentes longueurs.
Dauphin Tuyau généralement en fonte, placé en partie basse d’une descente.
Autrefois son extrémité inférieure recourbée était souvent façonnée en forme
de tête d’animal (dauphin notamment).
Déblais Terres qui sont évacuées
Décibel Unité de mesure de l’intensité sonore.
Dégraisseur C’est un réservoir généralement en béton dont le volume intérieur est
divisé en trois compartiments par des cloisons verticales. Les eaux chargées
de graisse sont séparées des matières grasses sur le principe de la
différence de densité de ces deux composants (eau/graisse).
Densité C’est une grandeur physique qui caractérise la masse d’un matériau par
unité de volume. Son unité est le kg/m3.
Déphasage thermique C’est la capacité des matériaux composant l’enveloppe de l’habitation
à ralentir les transferts de chaleur, notamment du rayonnement solaire
estival.
Diba Membrane d’anticapilarité.
Dormant Elément fixe de la fenêtre qui est, le plus souvent, solidaire de la
maçonnerie dans laquelle il est installé.
Eaux grises Eaux usées domestiques faiblement polluées (par exemple eau
d’évacuation d’une douche ou d’un lavabo).
Eaux vannes Eaux d’évacuation domestiques entrainant les sous-produits de la
digestion tels que les matières fécales et l’urine.
Ebrasure Sur une partie latérale d’une fenêtre, c’est la distance entre la
position intérieure de ma la menuiserie et la position extérieure de
l’ouverture dans le mur.
Echantignolle Cale prismatique en bois clouée sur l’arbalétrier et dont le rôle est
de soutenir les pannes intermédiaires.
Echarpe C’est une pièce en bois qui se trouve dans la diagonale d’un élément
de mur pour lui procurer une résistance supplémentaire appliquée dans son
plan.
Echelle C’est le rapport entre la mesure réelle et la mesure de sa
représentation
Elévation C’est la représentation d’une façade. C’est la vue la plus commune
pour représenter l’aspect extérieur d’un bâtiment.
Empierrement C’est une couche de caillasse/ briquaillon (pierres concassées)
permettant de renforcer l’assise sur le sol terrassé.
Enduit C’est une couche de mortier appliquée sur un mur ou en extérieur sur
le manteau d’isolation de ce mur.
Engravure Rainure réalisée dans une paroi et destinée à recevoir une bande de
solins ou tout autre matériau d’étanchéité.
Entrait Pièce horizontale qui repose à ses deux extrémités sur le sommet des
murs gouttereaux.
Entrepreneur Personne ou société réalisant les travaux. Accès à la profession
requis.
Entretoise C’est la pièce en bois qui maintient l’écartement entre deux montants
ou solives.
EPDM Matériau composé de polymère utilisé comme revêtement de toiture.
Ces
terpolymères amorphes sont obtenus en copolymérisant dans des proportions
variables l’éthylène (le terpolymère contient de 60 à 85 % de motifs
éthylène) et le propylène, avec un faible taux de diène non conjugué.
Escalier C’est une construction architecturale constituée d’une suite régulière
de marches, ou degrés, permettant d’accéder à un étage, de passer d’un niveau
à un autre en montant et descendant.
Essais de sol Cela consiste en général à forer 3 trous dans le sol, répartis sur
emprise au sol du futur projet.
Etanchéité Ce sont les moyens mis en œuvre pour s’assurer que les éléments
naturels extérieurs (pluies, humidité ascensionnelle, vent) ou intérieurs
(air saturé en humidité) ne viennent pas mettre en péril les éléments
constitutifs du bâtiment (Structure, isolation).
Etat des lieux Ce document est particulièrement utile lors d’un sinistre ou accident
survenu sur le chantier afin d’avoir un état avant travaux et déterminer
ainsi les diverses responsabilités.
Faitage Arête longitudinale supérieure formée par la rencontre de deux
versants de toiture. Par extension, désigne l’ensemble de la partie
supérieure d’un comble.
Faux-plafond C’est un élément plan fixé sous une structure porteuse (plancher,
toiture, poutres) et formant avec elle un espace fermé (plénum).
Ferme Ouvrage, le plus souvent de forme triangulaire, constitué de pièces
assemblées.
Fermettes Petites fermes dont les sections de bois sont faibles.
Fiche Organe de rotation de petite dimension pour menuiseries en bois,
composé de deux parties munies d’embouts filetés.
Fibro-ciment C’est un matériau constitué d’un complexe de fibres d’amiante
dispersées dans un liant hydraulique qui est du ciment.
Flambement Phénomène d’instabilité d’une structure élastique qui pour échapper à
une charge importante exploite un mode de déformation non sollicité mais
opposant moins de raideur à la charge.
Flèche C’est la distance verticale mesurée par la déformation de la poutre à
partir de sa position non chargée jusqu’à sa position chargée.
Flexion Contrainte appliquée en deux points éloignés mais dans des sens
opposés.
Fosse-septique C’est un réservoir en béton ou en PVC dont le volume intérieur est
divisé en deux compartiments par une cloison verticale.
Fréquence C’est le nombre de périodes par unité de temps.
Gite C’est une pièce de bois du plancher portant le support de revêtement
de sol et, éventuellement, le plafond.
Gouttière Canal en métal ou en matière plastique, fixé à la base de l’égout d’un
toit pour recevoir et canaliser les eaux pluviales.
Grenier Comble accessible non habité.
Helmholtz Pour absorber les médiums (300Hz à 1000Hz) Ils sont constitués de
cavités de différentes tailles qui « piègent » et absorbent l’énergie.
Hertz Unité de mesure de fréquence.
Hourdis Eléments préfabriqués en béton, dont l’intérieur est creux. Une
armature en métal est intégrée au moment de la fabrication.
Huisserie Cadre en bois, en métal ou en PVC, fixé à la maçonnerie (par des
pattes à scellement ou des équerres) et sur lequel s’articule le vantail de
la porte.
Hydrofuge Produit destiné à obturer les pores des mortiers et bétons afin d’en
améliorer l’imperméabilité.
Implantation Ce plan qui précise ou doit venir s’implanter le projet sur le
terrain. Ce plan précise aussi les éléments existants, les limites du terrain,
les accès et cheminements, les plantations prévues, etc.
Imposte Châssis fixe ou mobile, vitré ou non, situé au-dessus d’une fenêtre.
Infrason Ce sont des ondes sonores de basse fréquence. Ils sont habituellement
situés sous le seuil de la limite moyenne des sons graves perceptibles par
l’oreille humaine (soit entre 0Hz et 16 à 20 Hz environ), les sons sont trop
graves.
Isolation Ensemble des matériaux utilisés pour isoler.
Joint Garniture en diverses matières assurant l’étanchéité d’un assemblage.
Joue Face latérale d’une lucarne, souvent de forme triangulaire. Elle peut
être maçonnée ou composée d’un panneau de remplissage fixé sur une ossature
en chevrons.
Judas Petit tube cylindrique placé dans l’épaisseur de la porte d’entrée.
Lagunage C’est une technique naturelle d’épuration des eaux fondée sur la déseutrophisassions.
Lambda Représente la conductivité thermique du matériau. La conductibilité
est la propriété des matériaux à propager la chaleur.
Lambourde C’est un produit rectangulaire du sciage du bois qui a une épaisseur
comprise entre 26 et 45 millimètres et une largeur comprise entre 65 et 105
millimètres1..
Lamellées-collées C’est un assemblage par collage à plat et à fils parallèles de
plusieurs lamelles de bois massif.
Lanterneau Désigne une petite construction, établie sur une toiture et dont les
ouvertures permettent d’éclairer et de ventiler les combles.
Lasure C’est un produit pigmenté microporeux, transparent non pelliculaire,
qui rehausse et conserve l’aspect du bois sans bloquer les rayons UV du
soleil. De plus il empêche le noircissement naturel du bois.
Linteau Elément architectural qui sert à soutenir les matériaux du mur
au-dessus d’une baie, d’une porte ou d’une fenêtre.
Lisse C’est la traverse de bois fixée au-dessus des traverses hautes des
éléments de mur. Elle sert à assurer la liaison et le transfert des efforts
entre les murs et le plancher haut ou la charpente.
Long-pan Versant le plus long d’une toiture délimité à son sommet par le faîtage
et à sa base par l’égout.
Loqueteau Dispositif de verrouillage des petits châssis ouvrants.
Lucarne Surélévation locale de la toiture destinée à la mise en place d’une
fenêtre (voir chapitre n°6 pour des définitions complémentaires).
Madrier Cette technique consiste en la pose horizontale de pièces de bois de
façon à former un mur en bois massif d’une épaisseur pouvant aller de 5,6 cm
à 9 cm dans nos régions.
Meneau Division d’une fenêtre composé d’un autre matériau que le celui du
châssis.
Mesurage Ensemble des mesures d’un levé (terrain, bâtiment, pièce…).
Métré Liste des quantités des matériaux mis en œuvre, démolis, démonter,
etc. lors du projet. Il s’agit de compter la quantité de chaque matériau il
faudra (métrage en mètres carrés de plafonnage, de tuyaux, de carrelages…).
Microstation Une mini-station d’épuration est un réservoir en béton ou en PVC dont
le volume intérieur est divisé en trois compartiments.
Module Ce sont les volumes composés d’éléments (murs, planchers, toitures)
fabriqués et, éventuellement, entièrement équipés en usine (aménagement
intérieur incorporé).
Monomur Mur composé d’un seul matériau.
Montant C’est une pièce de bois verticale d’un élément de mur. Les montants
peuvent être espacés de 30,40 ou 60 cm.
Moodboard Aussi appelé planche de tendances, est un type de collage qui peut
être composé d’images, de texte et d’objets selon le choix de son créateur.
L’idée c’est de créé un planche d’inspirations.
Mortier C’est un mélange de sable, de ciment (ou de chaux) et d’eau (de
gâchage).
Neopor C’est un alliage de styrène et de graphite de granit. Il travaille par
thermo-réflexion et est 30 % plus isolant que du polystyrène.
Noue Arête rentrante inclinée formée par la rencontre de deux versants de
toiture. C’est la ligne de rencontre des eaux de ruissellement.
Oléothermie Traitement du bois par imprégnation d’huile végétale.
Oriel Ensemble de menuiseries disposées en saillie sur un mur de façade.
Oscillo-battant Fenêtre à un ouvrant disposant de deux modes d’ouverture différents :
à la française et à soufflet.
Ossature C’est l’ensemble des montants, traverses, solives et entretoises
composant un plancher ou l’ensemble des pannes, entraits et arbalétriers
composant la charpente.
Ouvrant Cadre mobile d’une menuiserie.
Padouk Arbre d’Afrique tropicale et d’Asie, à bois rouge corail ou violacé,
mais passant rapidement à la lumière.
Paille Tige de graminée, en particulier de céréale, dépouillée de son grain.
Panneresse Une brique entière
Pannes Pièces de bois horizontales prenant appui sur les fermes et/ou sur des
murs porteurs en maçonnerie. Les pannes portent les chevrons.
Parclose Petite baguette en bois ou profilé de faible section en métal ou en
PVC servant à maintenir le vitrage dans les feuillures d’un châssis ouvrant
ou dormant.
Pare-pluie C’est un panneau ou film empêchant la pénétration de l’eau de
condensation ou de ruissellement dans l’intérieur du mur.
Pare-vapeur C’est un panneau ou film empêchant la pénétration de la vapeur d’eau.
Toujours placé du côté « habitat » des murs.
Paroi Surface apparente d’un ouvrage de bâtiment.
Paumelle Accessoire de rotation des fenêtres, portes-fenêtres et portes,
composé de deux branches, l’une mâle et l’autre femelle.
Pergola Petit ouvrage de charpente indépendant ou adossé à une habitation
constitué de poteaux supportant des traverses disposées à claire-voie.
Perméabilité C’est la quantité de vapeur d’eau qui traverse en une heure un mètre
carré de matériau sur un mètre d’épaisseur pour une différence de pression
partielle de 1 mmg de Hg entre les deux faces.
Persienne Ouvrage de fermeture en bois, en métal ou en PVC constitué de plusieurs
lames (parties mobiles de faible largeur), reliées entre elles par des
paumelles.
Perspective Les projections isométriques et axonométriques sont des façons simples
de représenter un objet tridimensionnel, en gardant les éléments à l’échelle,
et en montrant les relations entre les différents côtés du même objet.
Perspirance Une paroi formée de matériaux qui vont favoriser l’évacuation de
l’humidité sous forme liquide (capillarité) ou sous forme de vapeur
(perméabilité à la vapeur d’eau).
Pieux Elément de construction en béton, acier, bois ou mixte permettant de
fonder un bâtiment ou un ouvrage.
Pise C’est un système constructif en terre crue, comme la bauge ou le
torchis. On le met en œuvre dans des coffrages, traditionnellement appelés
banches. La terre est idéalement graveleuse et argileuse, mais on trouve
souvent des constructions en pisé réalisées avec des terres fines.
Plafond  Face inférieure, plane dans l’ensemble, d’un plancher, formant
la limite supérieure de l’espace d’un local.
Poinçon Pièce verticale, souvent de section carrée, qui sert de lien entre
l’entrait et les arbalétriers.
Polyuréthane Polymère
renfermant dans ses chaînes des fonctions uréthanne ou carbamate de structure.
Très bon isolant.
Porte Baie, munie d’un dispositif de fermeture, donnant passage à
l’intérieur comme à l’extérieur d’un lieu fermé ou enclos.
Poutre Support horizontal allongé en bois, en métal ou en béton armé, de
section étudiée pour une bonne résistance à la flexion.
Précontrainte État d’une pièce ou d’un organe subissant au repos une contrainte
nécessaire à son bon fonctionnement ultérieur ; cette contrainte elle-même.
Profile Pièce métallique laminée, fabriquée avec un profil déterminé et de
section uniforme.
Quincaillerie Ensemble des pièces de connexions, accessoires, poignées… d’une
menuiserie.
Radier Dalle armée réalisée sous toute la surface du bâtiment. Le radier
permet une répartition homogène des charges sur des terrains généralement
instables.
Réflexion C’est le brusque changement de direction d’une onde à l’interface de
deux milieux.
Regard Boîte enterrée de forme parallélépipédique ou cylindrique en béton ou
en PVC fermée par un couvercle.
Remblais Ce sont les terres additionnelles ajoutées sur le terrain. Lorsque le
déblai se situe en dessous du futur bâtiment, le remblai sera renforcé par
des couches de sable stabilisé.
Rectification  Le bois rétifié est du bois ayant fait l’objet d’un processus de
rétification, une forme de réticulation par traitement thermique à haute
température (les abaques de traitement varient selon l’essence) sous
atmosphère inerte.
Réverbération C’est la persistance du son dans un lieu après l’interruption de la
source sonore.
Rive Extrémité latérale d’un versant. La rive est droite si elle est
perpendiculaire à l’égout et biaise dans le cas contraire.
Roofing Utilisé dans le jardon pour désigner un revêtement de toiture
bitumineux comme du Derbigum.
Sabot Pièce métallique d’assemblage.
Sapin Essence de bois utilisé couramment en construction.
Serrure Mécanisme qui permet de condamner l’ouverture d’une porte.
Seuil Suisse Profilé métallique placé en partie inférieure de la porte qui assure
l’étanchéité à l’eau et à l’air par compression d’un joint souple.
Solin Garnissage étanche en mortier réalisé sur la ligne de rencontre d’un
versant de toiture et d’un mur.
Solive C’est une pièce de bois du plancher portant le support de revêtement
de sol et, éventuellement, le plafond.
Soubassement Partie inférieure, massive, d’une construction, qui surélève celle-ci
au niveau du sol.
Sous-traitant Entreprise qui travaille pour l’entrepreneur, ce qui implique que
cette entreprise sous-traitante possède comme client l’entrepreneur et non le
maître d’ouvrage directement.
Survitrage Vitrage rapporté sur un simple vitrage existant de manière à créer un
double vitrage.
Tasseaux Un tasseau est une pièce en bois, le plus souvent longue et
relativement fine. Sa section est carrée ou rectangulaire.
Terrassements C’est le travail consistant à déplacer des quantités importantes de
matériaux (sols, roches, sous-produits, etc.)
Terrasson Versant supérieur du comble, peu incliné.
Terre arable C’est la couche supérieure du terrain (env. 20-30cm). C’est la terre
la plus favorable aux cultures potagères.
Thermowood C’est le résultat d’un processus innovant axé sur un traitement à
chaud. Les modifications thermiques augmentent la durabilité du bois et
améliorent sa qualité.
Toit Ensemble des parois inclinées et/ou horizontales (dans le cas d’une
toiture-terrasse) qui couvrent une construction.
Torsion Contrainte entrainant une rotation d’une partie d’un objet. Une
contrainte de torsion va entrainer une déformation sur toute la longueur de
l’objet.
Traction Contrainte appliquée pour étirer un objet.
Transmission Propagation de l’onde sonore dans un matériau.
Traverse Ce sont des pièces en bois horizontales encadrant les montants
verticaux des éléments de mur.
Trémie Espace réservé dans un plancher (cf. linçoir, chevêtre) pour laisser
passer un escalier, un ascenseur, un conduit, une cheminée…
Trespa C’est un matériau plastique réalisé à base d’ingrédients naturels. Les
anneaux se composent d’une couche de fibres de bois, qui sont pressées avec
une couche supérieure dure et impénétrable sur les deux faces.
Trumeau La partie d’un mur, d’une cloison comprise entre deux baies.
Tuile Pièce d’argile ou de béton moulé, généralement mélangée à du sable,
cuite au four, peu épaisse, de forme variable, employée pour couvrir les
toits des bâtiments, des maisons.
Ultrason Ce sont des ondes sonores de haute fréquence. La gamme de fréquences
des ultrasons se situe entre 16 000 et 10 000 000 Hertz, trop élevées pour
être perçues par l’oreille humaine, les sons sont trop aigus.
Vantail Cadre mobile d’une menuiserie.
VCRO Code flamand de l’aménagement du territoire
Verrou Petite serrure en applique. Le pêne est actionné de l’extérieur par
une clé et de l’intérieur, le plus souvent, par un bouton.
Versant Pan incliné d’une toiture.
Vitrage Remplissage en verre des châssis ouvrants et des châssis dormants des
fenêtres et des portes-fenêtres.
Volet Ouvrage de fermeture constitué de panneaux articulés en bois, en métal
ou en PVC, placé à l’extérieur de la baie.
Ytong Marque de blocs béton cellulaire
Zinc  Métal brillant, d’un blanc bleuâtre, ductile et malléable (symb.
Zn, noatomique 30), que l’on trouve dans la nature sous diverses formes et
qui connaît de nombreux emplois. Zinc carbonaté, oxydé, silicaté, sulfuré ;
chlorure, oxyde, sulfate, sulfure de zinc; minerais, sels de zinc; composé de
zinc; extraction, laminage du zinc; fonderie, mine de zinc.

Source :